A la découverte des spécialités allemandes : un voyage culinaire

A la découverte des spécialités allemandes : un voyage culinaire

Épidémie, deuxième vague, restrictions : cet automne n’invite guère aux voyages. Mais comme nous l’aurons appris au printemps, nous n’avons pas besoin de quitter le canapé pour partir ailleurs ! Voici donc une invitation pour une petite échappée : Un voyage culinaire à travers l’Allemagne ! Partons à la découverte des spécialités allemandes, région par région.

Bière, choucroute et saucisses : voilà en quoi se résume souvent la cuisine allemande pour les non-initiés. C’est vrai que comme la baguette, le fromage et le vin rouge pour la France, ce sont là les mascottes culinaires de l’Allemagne.

Mais bien sûr la cuisine allemande ne s’arrête pas là ! Certes, la viande, les saucisses, le chou et les pommes de terre jouent un rôle important dans une grande partie des plats typiques. Ce qui est normal car ce sont ces ingrédients là que l’on trouve traditionnellement dans les campagnes allemandes. Mais les recettes varient énormément d’une région à l’autre, résultant dans une cuisine allemande riche et savoureuse.

 

Des traditions culinaires… bien différentes des françaises !

Avant de partir à la découverte de ces trésors culinaires, quelques mots sur la cuisine allemande et ses différences avec la cuisine française 😉

 

Plat principal – plat unique !

Tout d’abord, le repas allemand est généralement moins élaboré que le repas français. Entrée, plat, fromage, dessert – c’est bien pour manger au restaurant, mais à la maison, ça ne se fait pas trop. Pas plus que l’apéritif ! Pour des repas en famille ou entre amis, on arrive, on se met à table et on mange. Pas besoin de se retenir pendant des heures en grignotant : En Allemagne, le repas commence (et finit) avec le plat principal. S’il y a une salade, elle accompagne le plat dans une petite assiette à part.

A l’exception des repas au restaurant bien sûr, où, comme en France, une salade ou une soupe sont servis avant le plat. Les apéros, quant à eux, sont habituellement reservés aux grandes réceptions et aux mariages.

spécialités allemandes Le dessert, enfin, n’est pas une grande tradition allemande non plus. Bien sûr, il y en a au restaurant. Mais généralement, au lieu de manger un dessert directement après le repas de midi, on va attendre quelques heures et se réunir en milieu d’après-midi pour le Kaffeetrinken.

Ce qui veut littéralement dire « boire le café » – une litote ! Car oui, d’accord, on boit vraiment du café, mais surtout, surtout, on mange du gâteau ! Et si tu as déjà vu une des fameuses Sahnetorten (les tartes à la crème) allemandes, tu auras compris pourquoi on saute le dessert, hein ?

 

Le fromage : la star du plat !

Alors, pas d’entrée, pas de dessert, et surtout : pas de fromage ! Enfin, si, mais pas comme en France. Servir un plateau de fromage qu’on mange en petits bouts est une tradition culinaire très française qui n’existe pas du tout en Allemagne. Si on mange du fromage chez nous, c’est en plat principal ! Et surtout, en tartine !

brotzeitÇa, par contre, les Allemands adorent. D’où le repas du soir préféré de nos chers voisins, la Brotzeit. Ce « temps du pain » est le moment de manger du pain, évidemment : surtout le bon pain noir que l’on cherche malheureusement en vain dans les boulangeries françaises (tout comme les vrais croissants et baguettes en Allemagne 😉 ).

Mais, à la grande différence avec les Français, les Allemands ne mangent pas le pain en morceaux pour accompagner un bout de fromage ! Au contraire : Ils le coupent en tranches, le beurrent et disposent dessus le fromage coupé en tranches également.

Grands amoureux des tartines, les Allemands en mangent en pique-nique, en en-cas, et même au petit-déjeuner. Sucrés, avec du beurre, de la confiture et du miel, ou bien salés, avec du beurre, du fromage et de la charcuterie !

A table !

Alors, pour résumer : Le grand plat cuisiné de la journée, c’est pour midi. Pas d’entrée, pas de dessert, on passe à table et on garde le sucré pour l’heure du goûter. (Surtout les week-ends et les jours de fête en famille. En semaine, comme en France, ça reste simple.) Ainsi rassasié, on se contente de quelques bonnes tartines (et peut-être d’une bonne bière 😉 ) le soir.

Important aussi de noter que le petit-déjeuner est plus consistant – et beaucoup moins négligeable ! – en Allemagne qu’en France. Grignoter un petit croissant trempé dans un petit expresso noir… ça, non !

Enfin, on mange généralement plus tôt en Allemagne qu’en France. Le travail et l’école commençant habituellement à 8h du matin, voire avant, c’est le petit-dèj entre 6 et 7 heures, le repas de midi, eh ben, à midi, et le dîner entre 17 et 18 heures, 19 heures grand max. (Oui, je suis d’accord, 17 heures, c’est trop tôt. Par contre je me suis toujours pas habituée à ce que me famille française ne se mette à table qu’après 21 heures. Et attaquer le dessert après minuit, ce qui m’est arrivé plusieurs fois entre amis, n’en parlons même pas…) Tout les Allemands ne sont évidemment pas aussi strictes, mais voilà les tendances 😉

 

Voilà ! Maintenant tu sais tout ! Ne reste plus qu’à partir déguster quelques spécialités allemandes 😀

 

Allez hop, c’est parti pour un tour culinaire de l’Allemagne !

 

1) Bade-Wurtemberg : Les Maultaschen

Première étape de notre voyage : le Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Cette région est très populaire pour ses spécialités à base de pâtes, dont les Maultaschen.

Il s’agit là de raviolis farcis de viande hachée et d’épinards. Mais pas les petits raviolis que l’on connait ici en France – ce sont des grandes, très grandes pâtes farcies, de minimum 10×10 centimètres ! Ces Maultaschen sont cuites dans un bouillon de légumes et donc habituellement servies en tant que soupe – la Maultaschensuppe.

Et pour pouvoir goûter cette gourmandise qui s’apprête parfaitement pour ce début de saison froide, voici une recette !

 

2) Bavière : Le Schweinebraten mit Knödeln und Blaukraut

Restons dans le sud de l’Allemagne : En Bavière, un plat savoureux nous attend – le fameux Schweinebraten. Le rôti de porc, servi ici avec une belle croûte croustillante, est l’une des spécialités emblématiques de ma région d’origine !

spécialités allemandes knödelCe plat est traditionnellement accompagné d’une sorte de boulettes à base de pommes de terre (les Knödel) et de chou rouge (le Blaukraut). Ce dernier est souvent cuit avec des pommes. Le résultat : un équilibre merveilleux des goûts pour ce plat rustique !

Dans l’absence de recette complète en français, en voici une en allemand.  Et voilà une recette française qui explique la fabrication des Knödel 😉

 

3) Berlin : La Currywurst

Ce n’est sûrement pas le plat le plus traditionnel de Berlin, mais une des spécialités allemandes à connaître absolument : la Currywurst ! Cette saucisse au curry est un en-cas très populaire partout en Allemagne. La saucisse, servie avec du ketchup au curry, et habituellement accompagnée par des frites. Mjamm.

spécialités allemandes currywurstAlors, pour vrai dire, l’origine de la Currywurst n’est pas totalement avérée : Berlin se la conteste avec Hambourg. Mais c’est uniquement à la capitale qu’un brevet a été déposé. Son auteur : Herta Heuwer, qui dit avoir inventé la saucisse au curry en 1949.

Il existe d’ailleurs un très beau livre, « La découverte de la saucisse au curry » par Uwe Timm, qui raconte l’histoire fictive de cette invention dans le cadre très réel de la fin de la Seconde Guerre Mondiale à Berlin.

Pour voyager encore un peu plus dans l’univers de la saucisse au curry, voici une petite vidéo d’Arte qui te dévoilera le « secret de la Currywurst » 😉

Et voici une recette simple pour cette spécialité.

 

4) Brandenburg: Le Knieperkohl

kohlToujours dans le nord-est de l’Allemagne, nous voilà à la découverte d’une des spécialités allemandes quasiment historiques ! Ce plat fut inventé lors de la Guerre de 30 ans : le Knieperkohl. Il s’agit d’un mélange de plusieurs choux (Kohl) différents – du chou blanc, du chou frisé, du chou moellier rouge – ainsi que de feuilles de vigne et de cerisier.

Ce mélange fut inventé quand, à la fin de cette terrible guerre, il ne restait plus assez de chou blanc pour produire la traditionnelle choucroute. On ajouta donc d’autres choux, habituellement destinées à la nourriture des bêtes, et voilà le Knieperkohl !

D’habitude, cette spécialité est accompagnée de Lungenwürste (et oui, des saucisses..) ou de viande de porc fumée ainsi que de pommes de terre.

Et voici donc une recette pour le Knieperkohl, hélas en allemand..

 

5) Bremen : Le Kohl und Pinkel

Reliée à la mer du Nord par le fleuve Weser, la ville de Bremen présente une variété de recettes au poisson et aux fruits de mer. Mais la recette emblématique de cette ville-région dans le nord de l’Allemagne reste fidèle au cliché de la cuisine allemande : chou, saucisses, pommes de terre…

spécialités allemandes kohl und pinkelKohl, tu l’auras compris, c’est le chou. Pour cette recette particulière, il s’agit de chou vert (qui pour quelque raison s’appelle chou marron dans cette région !). Et le terme plutôt bizarre de Pinkel désigne un certain type de saucisse au gruau. (Parce que, il faut quand même le dire, saucisse n’est pas saucisse ! Le problème, c’est que les saucisses allemandes, dont existent d’innombrables variétés, arborent des noms pour la plupart intraduisibles.)

Et voilà à quoi ça ressemble (malheureusement, là encore, impossible de trouver une recette traduite en français).

 

6) Hambourg : Le Fischbrötchen

Une bonne centaine de kilomètres au nord-est de Bremen, la ville de Hambourg nous accueille. Également reliée à la mer du Nord, par le fleuve Elbe, cette ville est très connue pour ses délicieux Fischbrötchen – des petits pains au poisson.

fischbrötchenEn en-cas ou repas rapide de midi, ces sandwichs sont un délice ! Leur secret : quelques filets de hareng mariné, des oignons rouges et une bonne rémoulade, rassemblés dans un de ces fameux petits pains frais que l’on cherchera en vain dans les boulangeries françaises…

Voici une recette quand même : avec de la baguette au lieu du petit pain et des tranches de poisson fumé, ça ira très bien !

 

7) Hesse : Les Beulches

Descendons un peu, vers le centre de l’Allemagne. Ici, dans le land de Hesse, nous trouverons une de ces spécialités allemandes au nom imprononçable : les Beulches. J’avoue, je n’ai pas la moindre idée de ce que cela veut dire. Mais quoi qu’il en soit, derrière ce terme se cachent des boulettes.

La préparation de ces boulettes nécessite des petits sachets en laine : Ils donneront leur forme aux Beulches qui sont fabriqués sur la base d’une pâte de pommes de terre râpées, de poireau, de viande salée et d’œufs.

Et voici (en allemand) comment ça se cuisine !

 

8) Mecklembourg-Poméranie occidentale : Le Stralsunder Fischtopf

fischsuppePour changer un peu de cette cuisine consistante à base de viande, partons dans le nord-est de l’Allemagne, au bord de la mer Baltique ! Ici, dans le land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, les poissons s’imposent. Fumés ou en soupe : ce sont les stars de la cuisine régionale. Un bel exemple : le Stralsunder Fischtopf, une soupe de poisson originaire de la ville portuaire de Stralsund.

Pour ce plat typique, faire revenir des oignons et des cornichons dans du beurre avant d’ajouter des pommes de terre en dés, du concentré de tomates, du bouillon de légumes et de l’ail. Et, bien évidemment, des filets de poisson ! Détail rigolo : la soupe est complétée par un filet de crème à câfé.

Et voici une bonne recette.

 

9) Basse-Saxe : Les Asperges

asparagusNotre voyage nous mène maintenant au coeur de la Basse-Saxe. Ici se trouve les landes de Lunebourg : des vastes prairies de bruyère, patrie à une race de brebis très particulière, les Heidschnucken. Et également la région de culture la plus importante de l’Allemagne en asperges et pommes de terre.

Ainsi, pas de surprise. La spécialité de cette région, c’est un plat composé d’asperges, de pommes de terre – et oui, encore, de chou.

Et voici une proposition de recette (toujours en allemand).

 

10) Rhénanie-du-Nord-Westphalie : Le Pfefferpotthast

Région dans le nord-ouest de l’Allemagne, aux frontières de la Belgique et des Pays-Bas, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie nous appâte avec un plat bien rustique. Le Pfefferpotthast est un délicieux ragout à base de viande de bœuf.

La recette est aussi bonne que simple : Faire revenir des oignons émincés et de la viande de bœuf coupée en morceaux dans du saindoux. Ajouter des cornichons, du bouillon de boeuf, des clous de girofle, du laurier et des grains de poivre (Pfeffer en allemand, d’où vraisemblablement le nom de ce plat 😉 ). Laisser mijoter pendant une heure et demi. Servir avec des cornichons et de la betterave.

Tu trouveras la recette (en allemand) ici.

 

11) Rhénanie-Palatinat : Le Döppekooche

Avant tout, cette région du ouest de l’Allemagne est connue pour son vin blanc, le Riesling. Mais en cuisine aussi, la Rhénanie-Palatinat a de quoi ravir les palais. Par exemple avec son emblématique Döppekooche, un plat à base de pommes de terre.

Le Döppekooche était à son origine un plat des pauvres. Il fut notamment servi pour fêter la Saint-Martin, à la place de l’oie traditionnelle. Consistant de beaucoup de pommes de terre râpée, d’oignons et d’œufs, il contient pourtant, au moins dans sa version moderne, des lardons et des saucisses…

Une particularité de cette spécialité régionale : elle est servie avec de la purée de pommes.

Et voici une belle recette pour les germanophones.

 

12) Sarre : Les Kartoffelklöße

Prochaine étape sur notre voyage gourmand, toujours dans le ouest de l’Allemagne, à la frontière avec la France : la Sarre. Ici, encore une fois, les pommes de terre ont la cote. Sous forme de gratins, de beignets – ou de boulettes ! Sauf que ce qui s’appelle Knödel en Bavière est ici connu sous le nom de Klöße.

Souvent farcies au pâté de foie, ces Kartoffelklöße sont ici savourés avec une sauce à base de crème et de lardons. Mjamm.

Et voici comment cuisiner ces petits délices.

 

13) Saxe : Le Sauerbraten

spécialités allemandes sauerbratenHop, nous traversons le pays pour arriver dans l’est de l’Allemagne. La capitale de la Saxe, Dresden, est mondialement connue pour ses spécialités allemandes sucrées, les fameux Stollen de Noël ! Et côté plats typiques, cette région est très populaire en Allemagne pour son délicieux Sauerbraten.

Ce qui rend ce rôti de bœuf si particulier, c’est qu’avant la cuisson, il est mariné dans du vin rouge épicé et du vinaigre pendant plusieurs jours. Le résultat : une viande qui fond sur la langue… un vrai régal !

Et, bonheur, cette recette est disponible en français ! 😀

 

14) Saxe-Anhalt : Le Bötel mit Lehm und Stroh

De la Saxe, continuons vers la Saxe-Anhalt, dans le centre/nord de l’Allemagne. Ici, une de ces spécialités allemandes on ne peut pas plus typiques nous attend : Bötel mit Lehm und Stroh. Littéralement, cela dire « maison avec de l’argile et du foin ». (Bötel est un terme du langage local ; le vrai terme pour « maison » en allemand étant Haus.)

Derrière ce drôle de nom se cache une institution culinaire : La « maison », eh ben, c’est un bon jambonneau. L’argile, c’est une purée de pois. Et le foin ? De la choucroute, évidemment !

Une belle description de cette spécialité (en allemand) et la recette se trouvent ici.

 

15) Schleswig-Holstein : Le Salzwiesenlamm

heidschnuckeAvant-dernière escale de notre tour culinaire : Nous voilà dans le nord du nord de l’Allemagne ! Le Schleswig-Holstein, situé entre la mer du Nord et la mer Baltique, est évidemment bien connue pour ses plats à base de poisson et de crevettes. Mais aussi pour sa viande d’agneau : Les bêtes broutant ici sur les Salzwiesen – des prés salés à proximité des digues – leur viande à le renom d’être particulièrement tendre et savoureuse.

Une recette typique donc : le fameux Salzwiesenlamm (l’agneau des prés salés) avec des haricots, du lard et une sauce à base de crème. Même si la cuisson est extra-longue (5 heures !!), cela vaut décidément le coup !

Et voici une proposition de recette.

 

16) Thuringe : La Thüringer Rostbratwurst

spécialités allemandes rostbratwurstTerminus de notre petit voyage : le coeur de l’Allemagne ! Ici, en Thuringe, impossible de passer à côté… des saucisses ! Après tout, cette région est mondialement connu pour sa Thüringer Rostbratwurst !! (Qui veut littéralement dire « saucisse grillée sur une grille » (eh oui) « de Thuringe ».)

Pas besoin de recette, la Rostbratwurst se mange seule ou en sandwich dans un pain baguette, avec du ketchup ou de la moutarde, avec ou sans choucroute. C’est la star de tous les barbecues en Allemagne, des foires et des marchés de Noël. Et pour cause : elle est juste trop bonne… 😉

 

Et voilà, j’espère que ces spécialités allemandes t’ont donné faim ! Ne me reste plus qu’à te souhaiter des bons moments en cuisine et

Guten Appetit !

Magdalena

 

Cet article t’a plu ? Et quel est ton plat allemand préféré ? Dis-moi tout dans un petit commentaire 😉

T’as pris le goût du voyage ? Alors continue le tour de l’Allemagne avec cet échappée dans ma belle région natale, la Bavière ! 😀

Cet article a 2 commentaires

  1. Avatar
    Meunier

    Beau voyage culinaire à travers ma belle Allemagne !

Laisser un commentaire